Lanceur d’Alerte, inspiré d’une histoire très vraie

Posted on

Jusqu’à maintenant nous faisions nos films sans argent.

Et on a désormais envie de rêver plus grand :D Nous sommes conscients qu’il est impossible de vivre financièrement de nos créations sur YouTube. Nous serions contraints de limiter le nombre de comédiens, l’équipe technique, le nombre de jour de tournage, de montage, de prépa, de mix, d’étalonnage pour rentrer légalement dans le budget. Nous sommes actuellement aidés par une production qui s’appelle Sixtine. Ils nous mettent à disposition gratuitement leur matériel (quand il est dispo) et un local (quand il est dispo). Ils ne peuvent malheureusement pas nous aider financièrement mais ça nous aide déjà beaucoup et en échange, ça leur fait un catalogue de court-métrages qu’ils ont co-produit. Et s’il nous reste de l’argent, alors on partira en vacances au Groenland ! Les Parasites ont publié un nouveau court-métrage sur leur chaîne YouTube. C’est précisé sous la vidéo : le scénario de Lanceur d’Alerte est directement inspiré d’un véritable e-mail, publié sur WikiLeaks. Ce court-métrage interpelle directement le spectateur sur la protection juridique des lanceurs d’alerte.

Partie 7 – L’art d’utiliser le bicarbonate dans son garage, dans son atelier et dans son jardin

  • Le court-métrage sur les lanceurs d’alertes par le collectif les Parasites.: Les Parasites

Les Parasites avaient déjà suscité un débat houleux avec leur court-métrage sur la culture du viol (lire ci-dessous).

Un texte encore trop timoré, comme l’expliquent plusieurs lanceurs d’alerte dans une lettre ouverte sur Mediapart. La loi ne dissuaderait pas assez les fraudeurs et surtout ne protégerait pas assez les lanceurs d’alerte. En parallèle, 17 ONG ont lancé la pétition Pour une protection effective des lanceurs d’alerte qui a été signée par 67 000 personnes. N’hésitez pas à vous rendre sur la chaîne Youtube des Parasites, leur travail vaut le détour. Crédits photos: À l’occasion de la sortie de leur dernier court-métrage intitulé Lanceur d’Alerte, nous avons eu l’occasion d’interroger Les parasites. Les récentes vidéos des Parasites ont réussi à convaincre de nombreux internautes par la qualité de leur travail et le caractère engagé de leur message. Leur nouvel épisode réunit une nouvelle fois tous les éléments de fond et de forme pour réussir. L’histoire porte donc sur des faits réels mais « le reste n’est que fiction » transposé à la réalité française, nous indiquent Les Parasites. À ce jour, les législations nationales et internationales ne protègent que faiblement les lanceurs d’alerte.

Ennui: le lanceur n’organise pas les applications

Sous la pression de la société civile et des médias, gouvernement et parlement ont introduit des dispositions pour mieux protéger les lanceurs d’alerte.

Le texte doit couvrir les lacunes et imprécisions qui existent dans le droit français aujourd’hui : éparpillement des textes existants, absence de définition claire et générale. Un rôle clé est assigné au Défenseur des droits, garant de la protection des lanceurs d’alerte selon le texte. Inspiré directement des célèbres histoires des lanceurs d’alerte comme Nicole-Marie Myer ou Edward Snowden, ce court-métrage haletant suit les pas d’un jeune lanceur d’alerte. Durant 25 minutes, nous suivons les décisions de ce jeune pirate après qu’il ait fait la découverte d’un secret d’état. Pour voir les autres courts-métrages fascinants des Parasites, c’est ici. Le collectif Les Parasites vient de sortir un petit film destiné à interroger les consciences sur le sort réservé aux lanceurs d’alertes. Cette fiction, peut-être un peu trop réaliste pour certains, est inspirée de faits d’actualités et remet finalement en cause notre fameuse « démocratie représentative ». » est le slogan du collectif Les Parasites qui est passé maître dans l’art de mettre au point des vidéos de qualité et toujours porteuses de messages. Edward Snowden, Julian Assange… Cela vous dit quelque chose ?

Quelque soit le problème, nous pouvons sans doute vous aider. D’abord en confirmant le diagnostic, puis en prenant votre bonsaï dans notre nursery pour l’y soigner!

Ce sont de célèbres lanceurs d’alertes qui ont une véritable vie de taupe depuis leurs faits d’armes.

Le collectif Les Parasites s’est donc livré à un exercice osé : produire un court-métrage traitant du sort que l’on réserve aux lanceurs d’alerte. Baptisé logiquement Lanceur d’alerte, ce film de 24 minutes a été inspiré par un mail déclassifié publié par… Wikileaks. » Alors comment pourrait-on expliquer le manque de protection envers ces personnes qui agissent réellement pour l’intérêt général ? Retrouvez l’intégralité des courts-métrages du collectif Les Parasites en cliquant ICI. Ne nous faisons pas d’illusions. Même si le pire n’est jamais sûr (un printemps et un été chauds et secs peuvent contrecarrer le développement des maladies cryptogamiques), mieux vaut tout de même s’y préparer. Comme dans toute guerre, le renseignement joue un rôle essentiel. Et donc de repousser ses assauts avec un minimum de moyens -en l’occurrence, les pesticides bio ou non bio- et, surtout, un maximum d’efficacité. C’est tout l’objet du Réseau d’épidémiosurveillance, lancé en 2011 à la suite du Grenelle de l’Environnement, par le ministère de l’Agriculture, dans le cadre du programme Ecophyto.

Lanceur d’Alerte, inspiré d’une histoire très vraie

Une mission d’autant plus importante que, comme le prévoit la récente loi Labbé, les jardiniers amateurs n’auront légalement plus accès aux traitement «chimiques» à partir de 2022.

D’abord, il englobe, pour la première fois, les zones non agricoles (ZNA), autrement dit les jardins d’amateurs et les espaces verts des collectivités. «Les jardins peuvent servir de réservoir de parasites susceptibles d’infester les zones de production agricole» note Michel Javoy. La participation des jardiniers est donc capitale car, pour être efficace et pour que l’information soit la plus complète possible, la surveillance biologique doit concerner l’ensemble du territoire». De fait, s’il y a des «trous», si le dispositif ressemble à un gruyère, certains parasites risquent tout simplement de passer au travers des écrans radars. Les jardiniers lanceurs d’alerte peuvent suivre s’ils le souhaitent des sessions de formation théorique et pratique dispensées gratuitement. Je ne pense pas qu’on naisse lanceur d’alerte mais plutôt qu’on le devient. Par hasard, par la force des choses, par une implication involontaire à un moment donné dans sa vie. Mais tout ça, on ne peut le découvrir qu’au moment où ça nous arrive, non ? statut (ou plutôt le “non statut”) des lanceurs d’alerte en France.

[Film] « Lanceur d’Alerte »

L’allusion de “l’homme aux moustaches qui tutoie les puissants” fait référence à un autre PDG de la même entreprise pétrolière qui s’est tué dans un étrange accident d’hélicoptère dans des

dorée, Manon et Léo tombent par hasard sur un mail qu’ils n’auraient pas du mail : https://wikileaks.org/clinton-emails/... L’acteur principal est un jeune acteur que j’avais découvert dans le film de . Avec Ernst Umhauer, Adrien Melin, Roxane Bret, Jean-Erns Marie-Louise, Christelle Cornil, Guillaume Franchin, Benjamin Haddad, Sophie Kircher, Sidney Zaoui, Elisa Sergent et Elliot Delage.